Projet collectif autour de la notion du rôle de l’art à l’heure de la crise migratoire. Sérigraphie d’aplat sur des doubles pages du journal «Métro» laissant apparaître quelques mots sélectionnés. Créant ainsi des interactions et des aberrations entre les différentes pages, titres et publicités du journal.

Réalisation de 300 exemplaires redistribués dans le métro.